Actualités

Le groupement coopératif Biocoop fête ses 30 ans en annonçant une nouvelle progression à deux chiffres de ses résultats

17 mars 2016
Le groupement coopératif Biocoop fête ses 30 ans en annonçant une nouvelle progression à deux chiffres de ses résultats et en renouvelant ses engagements "politiques" en faveur de l'agriculture biologique et de la consommation responsable.
On peut avoir 30 ans et être en pleine croissance. En 2015, le réseau Biocoop a réalisé un chiffre d'affaires de 768 millions d'euros, en hausse de 16,9% (+10% à magasins constants). Biocoop se revendique comme "le premier acteur bio en France", avec une part de marché de 16% et de 50% sur le secteur des chaines spécialisées. En 2014, la franchise avait déjà vu son activité croître de 13,4% (+9% à magasins constant).
Fondée en 1986 en tant qu'association, Biocoop a pris le statut de société anonyme coopérative en 2002, et rassemble aujourd'hui à la fois une société à vocation commerciale (le réseau de 383 magasins sociétaires) et douze groupements d'agriculteurs, soit 2.000 exploitations et 6.000 producteurs locaux .
"Ce qui est atypique, c'est qu'on a mis pour diriger l'entreprise des acteurs a priori divergents: des commerçants et des producteurs" mais qui ont pour point commun des engagements clairs autour de la promotion de l'agriculture biologique et de la consommation responsable, explique Claude Gruffat, président de Biocoop SA.
Croissance de 10% du marché du bio en France en 2015
Le groupement profite notamment du succès grandissant auprès des consommateurs du bio, qui a enregistré l'an dernier une croissance de 10% et représente désormais un chiffre d'affaires global de 5,5 milliards d'euros dans l'Hexagone.
En parallèle, le nombre de surfaces agricoles bio a connu "une envolée" en 2015, avec plus de 200.000 hectares supplémentaires, dans un contexte de crise agricole "où le modèle agricole productiviste arrive peut-être en fin de cycle", a expliqué M. Gruffat.
Alors que la France a longtemps été un "peu à la traîne, on constate que le bio fait aujourd'hui figure de valeur refuge, aussi bien pour les consommateurs qui veulent manger plus sainement après les crises alimentaires des dernières années, que pour les producteurs", se félicite le dirigeant.
Biocoop a également profité de la hausse de la fréquentation de ses magasins, et de son expansion. Le groupement a ouvert 33 nouveaux points de vente l'an dernier, et prévoit d'en inaugurer au moins 40 autres cette année.
"Renforcer notre maillage territorial traduit notre volonté d'être un acteur de proximité, et n'est pas là pour faire davantage de profit", explique Gilles Piquet-Pellorce, directeur général de Biocoop.
Pour cela, la société coopérative s'appuie sur les recettes de ses groupements et magasins mais également sur une autonomie financière. En 2015, ses fonds propres ont ainsi progressé de 22%, à 32 millions d'euros, et son bénéfice net a augmenté de 33%, à 4,4 millions d'euros. "Grâce à cela, on a la possibilité de ne jamais trahir nos valeurs fondatrices et de ne pas passer au commerce roi", explique le dirigeant.
"L'obligation de ne pas faire trop de bénéfice"
"D'ailleurs dans ma lettre de mission en tant que dirigeant, j'ai l'obligation de ne pas faire trop de bénéfice" comptable, car "créer de la valeur pour créer de la valeur n'a pas de sens, les bénéfices sont donc redistribués et investit" dans nos métiers, explique M. Gruffat.
Pour 2016, Biocoop affiche sa confiance, après avoir déjà enregistré une progression de son activité de 25% sur les premiers mois.
Source : capital.fr

Village Bio et au Naturel Paris 2016 - Liste exposants Village Bio et au Naturel

13 mars 2016
Un espace convivial, rassemblant une sélection d’exposants dans les domaines de la table, du vestimentaire, du bien-être, de la santé et de méthodes naturelles, de la cosmétique, de l’environnement, de l’édition, mais aussi des cadeaux écologiques...

- Alepia - V3 
- Aloé’Zen - V35
- Alpes Santé Nature - V1
- Artistes De Nature (Les) - V7
- Asieco - Aloé Vera - V2
- Asieco - Ginseng, Thés, Tisanes - V32
- Authentique Karité - V34
- Aux Trésors de la Perse - Nomade Palize - V18
- Baramel - Le Pain d’Epice de Rennes - V39
- Bomoï, Soins Sources d’energie - V30
- Brasserie de Vezelay - V38
- Centre de Bien-Être Qi - V23
- Chocolat Berton - Omégachoco - V10
- Confort Bien Etre - V29
- Débrouille.NET - V44
- Delices de Sowem (Les) - V26
- Ecoutez la France Production - V8
- Energy’s Stones - V5
- Fabrique Gourmande (La) - V26
- Flore Alpes 
- Argousier Bouleau - V20
- Greenpeace - V11
- Histoire d’Orge (Une) - V25
- Huiles Essentielles Martinetti - V15
- Hydrolax - V4
- Jardin de France - V43
- Kuvings - Crudijus - V36
- Lait de Jument Bio - V14
- Maison des Huiles Essentielles Bio - V24
- Méga Protect Phone - V16
- Micronutris - V17
- Mlle Agathe - V28
- Omnicuiseur Vitalité (L’) - V13
- Ortie et Bicarbonate nos Amis - V31
- Pâtes - V40
- Père Jean (Le) - V7
- PLIM - Bien Être intime - V33
- Produits de la Vie (Les) - V42
- Rebelle Santé - V8
- Relaxarium SPA Douches sans savon - V12
- RRRAW Le Chocolat Cru - V37
- Ruchers de Maubec (Les) - V21
- Santec Music - V6
- Saucissons et Fromages du Piemont Bio - V22
- Semelles à eau Médicovi - V9
- Sol Semilla Superaliments - V19
- Solare Bio - V27
- Yogi Tea - V41

Salon de la Nutrition Du 17 au 20 mars 2016 Paris 6e, Quartier Saint-Michel

7 mars 2016
Salon de la Nutrition Du 17 au 20 mars 2016 Paris 6e, Quartier Saint-Michel 

Cette année se tiendra la 3ème édition de ce salon dédié à la nutrition. Il a accueilli au total 650 personnes lors des précédentes éditions.
 
Ce salon est un CONCEPT UNIQUE, réalisé par les étudiants de 3ème année Bachelor.
 
Venez découvrir les dernières avancées dans le domaine de la nutrition.
 
Des journées dédiées au Grand Public, aux Professionnels de la Santé et au public scolaire.

EDNH vous accueille dans ses locaux de  Paris,  pour le salon.

Qui est L'EDNH
L’EDNH forme les meilleurs nutritionnistes et spécialistes en nutrition sportive & adaptée de France.
L’objectif de son enseignement a pour but de créer un équilibre entre les comportements alimentaires spécifiques d’une personne et ses besoins physiques, psychologiques et sociologiques.

Tous les profits du salon seront reversés à cette association.
 
Nous soutenons le nouveau projet d’agriculture vivrière de l’association ASVB
Après l'indépendance du Tchad, le village de Bourou a dû être reconstruit entièrement. Malheureusement les habitants de ce village ne disposent pas des moyens financiers pour cette reconstruction.
L’A.S.V.B. s'est investie afin de développer au sein du village une école, la construction d’un puit pour l'eau potable, un dispensaire....
Le village a une coopérative agricole, ils ont un projet d’acquisition de matériels, machinerie et outils agricoles.

Programme : Vendredi 18 mars 2016

Journée dédiée aux professionnels de la Santé

Conférences
 
10:00  Nouvelle approche médicale de la gestion du poids    
Dr Alexandra Dalu 

11:15  Les sportifs dans le contexte international
Cindy ROJOT , Diététicienne Nutritionniste. 
 
13:30  La place des insectes comestibles dans notre alimentation              
Raphaëlle Browaeys, Jimini's
 
14:45  Activité physique adaptée, un exemple de prise en charge de l'obésité
Aurélie Vavelin, Enseignante en activité physique adaptée
 
16:00  La e-santé au service des professionnels de la nutrition.
Karl Auzou, PDG My-GoodLife
Alizée Paderi, diététicienne-nutritionniste, My-Goodlife
 
17:00  Les objets connectés dans la nutrition . 
Jacques Lépine, PDG SlowControl

Ateliers

Repas typiques autour du monde.
Cuisine: Les insectes et les algues, l'alimentation de demain.
Les aromates et les épices de A à Z.
Sport, monde et alimentation.
Saveurs du monde.

Nous avons aimé : les amanins

27 fév. 2016

les amanis shop gourmieslesamanins.com 


Le site de 55 hectares des Amanins est né en 2003 de la rencontre de Pierre Rabhi avec l'entrepreneur Michel Valentin et la pédagogue Isabelle Peloux. Lieu de sensibilisation à une autonomie écologique pratique et quotidienne, le site regroupe une ferme agroécologique en polyculture élevage, une école primaire et un centre d’accueil (hébergements, restauration, accueils variés) au cœur d’un écrin de nature cultivé, boisé et sauvage.

AUJOURD'HUI

Le centre agroécologique des Amanins est un lieu de transition qui prône des valeurs de rencontre, de partage et de coopération autour de l’agroécologie. Deux questions fondent notre démarche globale : • Quelle planète laisserons-nous à nos enfants ? • Quels enfants laisserons-nous à la planète ? Les Amanins est un carrefour d'échange et de transmission où l’on vient pour se ressourcer et apprendre : vacances écologiques à la ferme, stages, forums, fêtes, séminaires, classes découvertes. Le lieu s’applique à respecter une empreinte écologique minimale en pratiquant une autonomie écologique globale : énergie renouvelable, traitement des eaux et des déchets, alimentation du jardin à l’assiette et écoconstruction. Sans oublier le faire ensemble et la sobriété heureuse qui restent ancrés dans la vie quotidienne de l’équipe des Amanins.

DEMAIN

L’équipe des Amanins ajuste et crée au fur et à mesure pour proposer la meilleure réponse à ses différents publics en quête de sens et d'autonomie (citoyens, écoentrepreneurs, porteurs de projets éducatifs,...). Elle travaille également à renforcer son professionnalisme agricole pour oeuvrer à son autonomie alimentaire.


Boutiques de produits écolos à Lyon : la survie est-elle possible ?

12 jan. 2015

Elles s’apprêtent à fermer définitivement, après avoir fonctionné des années sans qu’un salaire ne s’en dégage. C’est le sort que connaissent plusieurs boutiques de produitsécologiques non-alimentaires. Cela peut surprendre quand les rayons de produitsestampillés « écolos » s’élargissent dans les grandes surfaces. En cause ? Desmarges trop faibles sur les produits lorsqu’ils restent accessibles. Tourd’horizon entre écœurés et optimistes.

boutique ecoloMême avec une mort annoncée, ces deux boutiques de produits écolos continuent de fonctionner.Les gérantes d’Alter et Terre – quartier Croix-Rousse à Lyon – et du Biocal –quartier Gratte-Ciel à Villeurbanne – cherchent à vendre le plus vite possible.

« Epuisées et écœurées ». C’est en ces termes qu’elles se présentent même si elles ont encoretoute l’énergie pour partager leur expérience.

Alter et Terre etLe Biocal, avec plusieurs fournisseurs en commun, partagent les colisages etles frais de port. « C’est une manière de prendre moins de risques », partageCéline Ambrosetti, d’Alter et Terre. Malgré ce genre d’astuces, elles vont bientôt fermer boutique.

Crédit : Adeline Charvet/Rue89Lyon.

Alter et Terre etLe Biocal, avec plusieurs fournisseurs en commun, partagent les colisages etles frais de port. « C’est une manière de prendre moins de risques », partageCéline Ambrosetti, d’Alter et Terre. Malgré ce genre d’astuces, elles vontbientôt fermer boutique. Crédit : Adeline Charvet/Rue89Lyon.

La premièreboutique existe depuis cinq ans, l’autre depuis quatre ans. Ceux qui les fontvivre ne se tirent aucun salaire. Concrètement, ils ont derrière eux des annéesà charrier dans le métro, en sac à dos, des dizaines de kilos de stocks, àfaire la compta un sandwich au bec, à évaluer l’éthique des fournisseurs, àtémoigner des rougeurs sur les fesses de leurs enfants pour aiguiller lesclients… Tout cela, pour pas un sou, ou presque.

CélineAmbrosetti, gérante d’Alter et Terre, a été associée à son mari qui a dû lâcherl’affaire pour trouver du travail ailleurs, histoire de fonctionner avec aumoins un Smic pour quatre à la maison :

« Nous sommesarrivés à nous faire 1000 euros de salaire à deux une année ».

Du côté duBiocal, sur les deux associés, pas un seul denier tiré en quatre ans.

« Les produitssur lesquels on gagne le plus sont ceux les moins écologiques », note MaudColomer, co-gérante du Biocal.

Cela veut diredavantage sur la déco pour la chambre des enfants que sur la lessive en vrac.Les rayons des deux boutiques se ressemblent : cosmétiques, produits bébés etenfants, articles pour la maison, jeux en bois, etc. Le tout au maximum local,éthique et écologique.

Moins 30 % dechiffre d’affaires

Elles ne sont pasles seules à peiner. Le Cabanon Equitable, magasin de vêtements et produitsissus du commerce équitable, dans la Presqu’Ile lyonnaise, a fermé cet été. Asa place depuis septembre ? Ecocentric, vendeur en ligne depuis cinq ans deproduits cosmétiques bio, « chic et trendy » qui a voulu « donner vie à sonconcept », explique son gérant. Soit donner des murs en dur à l’espace de ventevirtuel.

Elles s’apprêtent à fermer définitivement, après avoir fonctionné des années sans qu’un salaire ne s’en dégage. C’est le sort que connaissent plusieurs boutiques de produits écologiques non-alimentaires. Cela peut surprendre quand les rayons de produits estampillés « écolos » s’élargissent dans les grandes surfaces. En cause ? Des marges trop faibles sur les produits lorsqu’ils restent accessibles. Tour d’horizon entre écœurés et optimistes.Même avec une mort annoncée, ces deux boutiques de produits écolos continuent de fonctionner.

Les gérantes d’Alter et Terre – quartier Croix-Rousse à Lyon – et du Biocal – quartier Gratte-Ciel à Villeurbanne – cherchent à vendre le plus vite possible.« Epuisées et écœurées ». C’est en ces termes qu’elles se présentent même si elles ont encore toute l’énergie pour partager leur expérience.Alter et Terre et Le Biocal, avec plusieurs fournisseurs en commun, partagent les colisages et les frais de port. « C’est une manière de prendre moins de risques », partage Céline Ambrosetti, d’Alter et Terre. Malgré ce genre d’astuces, elles vont bientôt fermer boutique.

Alter et Terre et Le Biocal, avec plusieurs fournisseurs en commun, partagent les colisages et les frais de port. « C’est une manière de prendre moins de risques », partage Céline Ambrosetti, d’Alter et Terre. Malgré ce genre d’astuces, elles vont bientôt fermer boutique. La première boutique existe depuis cinq ans, l’autre depuis quatre ans. Ceux qui les font vivre ne se tirent aucun salaire. Concrètement, ils ont derrière eux des années à charrier dans le métro, en sac à dos, des dizaines de kilos de stocks, à faire la compta un sandwich au bec, à évaluer l’éthique des fournisseurs, à témoigner des rougeurs sur les fesses de leurs enfants pour aiguiller les clients.
A suivre
Source Rue89 Lyon

Premier repas 100% bio servi dans les cantines de Grenoble

11 jan. 2015
Ce lundi 5 janvier 2015, jour de la rentrée scolaire, pour la première fois un repas 100% bio est servi dans l’ensemble des écoles de la ville. Une étape symbolique dans l'évolution vers le 100 % bio à Grenoble.

Jusqu’en mars 2014, la part du bio et du local représentait 24 % des repasproposés dans les cantines de la ville de Grenoble. Au bout de 9 mois de mandat de la nouvelle municipalité, cette part a doublé pour atteindre 50% du total des repas.Une nouvelle étape est franchie ce lundi 5 janvier 2015, jour de la rentrée scolaire, puisque pour la première fois un repas 100% bio sera servi dans l’ensemble des écoles de la ville.Au menu : macédoine de légumes, steak haché au jus ou steak de thon à la niçoise, frites, tomme blanche, et clémentines.Reportage Cédric Picaud et Franck CeroniUn repas 100% bio

Pas si facile d'approvisionner 4,5 tonnes de denrées bio chaque jour. Comment le faire en local ? Sans augmenter les tarifs ? Comment composer des repas variés sans toujours retomber sur les mêmes fruits ou légumes en hiver ? Et sans dégoûter les enfants ?? Un vrai défi que la nouvelle municipalité veut relever. Sa cuisine centrale traitant chaque jour de gros volumes, des économies pourraient se faire sur le gaspillage de nourriture, et ainsi servir du bio à coût constant. La ville de Grenoble a postulé pour que le label Ecocert soit attribué a sa cuisine centrale. Elle travaille aussi avec les producteurs pour mettre en place des circuits courts.